BNP Paribas | La banque d'un monde qui change

TRADE Solutions

Changer de pays

Angola

drapeau Angola Angola : Le contexte économique

Les indicateurs économiques

Parmi les plus grands producteurs de pétrole d'Afrique, l'Angola se targue également d'avoir le troisième PIB de l'Afrique subsaharienne (FMI). Cependant, la croissance économique est sujette à d'importantes fluctuations, en fonction de la production de pétrole et des niveaux de prix. Après une croissance de 3 % en 2022, le FMI estime que le PIB n'augmentera que de 1,3 % en 2023, en raison de la baisse de la production de pétrole. De plus, la hausse de l'inflation a freiné la consommation et l'importation de biens, ce qui a pesé sur l'activité économique non pétrolière. Selon les dernières estimations du FMI, la croissance du PIB devrait s'accélérer pour atteindre 3,3 % en 2024 et rester stable à moyen terme, grâce aux réformes structurelles soutenant le secteur non pétrolier.

Le déficit public est estimé à 1,2 % du PIB en 2023, après un excédent un an plus tôt (+0,2 %). Le gouvernement prévoit une amélioration dans les années à venir grâce à une réduction de 50 % des subventions au gazole en 2024 et une nouvelle réduction de 25 % en 2025. En 2023, le FMI prévoit que la dette des administrations publiques angolaises atteindra 84,9 % du PIB, contre 66,7 % en 2022. Cette augmentation a été influencée par la dépréciation du kwanza et son impact sur l'importante dette en devises étrangères détenue par le gouvernement. Le taux d'endettement devrait diminuer pour atteindre 77,1 % et 67,9 % du PIB en 2024 et 2025, respectivement, en raison de la croissance du PIB nominal et des excédents budgétaires primaires. En outre, le ratio intérêts/recettes devrait être relativement élevé, à 23,9 % en 2024 (Fitch Ratings). Le FMI prévoit que l'inflation atteindra en moyenne 22,3 % en 2024 et 18,1 % en 2025, contre une estimation de 13,1 % en 2023. Cette projection est attribuée à la dépréciation du kwanza et à la poursuite de la mise en œuvre des réformes concernant les subventions au gasoil.

Le président Joao Lourenço a lancé de nombreuses réformes visant à réduire l'influence de la famille dos Santos sur l'économie, à améliorer la perception du climat des affaires et à résoudre la crise du pays, mais la situation sociale en Angola reste tendue. Les inégalités et l'inflation alimentent le mécontentement de la population. Seul un tiers de la population a accès à l'électricité et, bien que le revenu par habitant ait progressivement augmenté, en particulier dans les régions métropolitaines, les taux de pauvreté et de chômage restent élevés. Selon les derniers chiffres de la Banque mondiale, le taux de chômage s'élevait à 14,5 % à la fin de 2022. En 2023, le gouvernement a approuvé la création du Fonds national pour l'emploi en Angola (Funea), qui disposait déjà de 44,3 millions d'euros pour l'année, afin de réduire le chômage, principalement chez les jeunes.

 
Indicateurs de croissance 20222023 (E)2024 (E)2025 (E)2026 (E)
PIB (milliards USD) 122,7893,8092,9396,90100,79
PIB (croissance annuelle en %, prix constant) 3,01,33,33,43,5
PIB par habitant (USD) 3.4382.5502.4532.4832.507
Solde des finances publiques (en % du PIB) 0,3-1,20,30,10,3
Endettement de l'Etat (en % du PIB) 66,784,977,167,961,0
Taux d'inflation (%) n/a13,122,318,110,1
Balance des transactions courantes (milliards USD) 11,762,883,472,591,80
Balance des transactions courantes (en % du PIB) 9,63,13,72,71,8

Source : FMI - World Economic Outlook Database, October 2021

Les principaux secteurs économiques

Malgré son potentiel, le secteur agricole angolais reste sous-développé et peu productif, contribuant à 13,6 % du PIB mais employant 56 % de la population (Banque mondiale). Seul un tiers environ des terres arables de l'Angola est utilisé pour les récoltes, et sur ces 5 millions d'hectares arables, seuls 100 000 bénéficient de machines et/ou de la traction animale pour l'ensemencement et la récolte. L'agriculture angolaise consiste principalement en une agriculture de subsistance, les principales cultures industrielles étant le café et le coton. Le gouvernement a fortement investi dans la production de café, de canne à sucre et d'éthanol afin de diversifier les revenus agricoles et les exportations. Comme le souligne le plan de développement national 2023 - 2027, le gouvernement angolais a identifié deux principaux moteurs pour débloquer la capacité agricole du pays : le plan national pour les céréales (PLANAGRÃO) et le plan national pour la promotion et le développement de l'élevage (PLANAPECUÁRIA). Ces initiatives visent à répondre au besoin croissant d'importations alimentaires, en particulier de céréales destinées à la consommation humaine et animale, ainsi que de volailles.

Le secteur industriel représente 44,9 % du PIB et 6 % de l'emploi (Banque mondiale). L'Angola est l'un des plus grands producteurs de pétrole d'Afrique, un producteur net de gaz naturel et le troisième producteur de diamants du continent, devancé seulement par le Botswana et la République démocratique du Congo. L'économie angolaise, la troisième d'Afrique subsaharienne, est dominée par l'industrie pétrolière et gazière, qui représente environ 30 % du PIB et constitue la principale source de revenus du pays (plus de 70 % des recettes publiques et 90 % des exportations de l'Angola proviennent des activités pétrolières). Outre les diamants, le pays produit également de l'or, du granit, du gypse, du marbre et du sel, ainsi que de nombreux minéraux non exploités susceptibles d'être extraits, notamment le béryllium, l'argile, le cuivre, le minerai de fer, le plomb, le lignite, le manganèse, le mica, le nickel, la tourbe, les roches phosphatées, le quartz, l'argent, le tungstène, l'uranium, le vanadium et le zinc. Selon l'Agence nationale du pétrole, du gaz et des biocarburants (ANPG), l'Angola produira 400,72 millions de barils en 2023, ce qui placera le pays au troisième rang des producteurs de pétrole en Afrique. L'Angola vise à maintenir sa production à 1,18 million de bpj tout au long de l'année 2024.

Le secteur des services (banque, communication, tourisme) connaît également une croissance rapide, représentant 41,6 % du PIB et employant 38 % de la population. Bien que le tourisme se développe, il y a une grave pénurie d'hôtels et d'autres types d'hébergement. Le secteur de la construction est en plein essor, représentant environ 9 % du PIB, grâce à un vaste programme de reconstruction lancé par le gouvernement. Les télécommunications ont connu une croissance significative, propulsée par une pénétration accrue de la téléphonie mobile et des investissements dans les infrastructures. Le secteur bancaire et financier joue un rôle crucial dans le soutien de l'économie angolaise, avec des institutions financières nationales et internationales opérant dans le pays.

 
Répartition de l'activité économique par secteur Agriculture Industrie Services
Emploi par secteur (en % de l'emploi total) 58,7 7,8 33,5
Valeur ajoutée (en % du PIB) 13,6 44,9 41,6
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 3,9 1,8 4,2

Source : Banque Mondiale, Dernières données disponibles. En raison de l'arrondi, la somme des pourcentages peut être inférieure ou supérieure à 100%.

 

Retrouvez plus d’information sur votre secteur d'activité sur notre service Etudes de marché.

 
 

Retrouvez tous les taux de change au jour le jour sur notre service Convertisseur de devises.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.}}

Note :
54,2/100
Rang mondial :
140
Rang régional :
30

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
3.50/10
Rang mondial :
80/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 

Risque pays

Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
 

Retour vers le haut

Les sources d'information économique générale

Les ministères
Ministère des finances
Ministère de l'économie et de la planification
Ministère de l'énergie et de l'eau
Ministère des ressources minérales et du pétrole
Ministère de la pêche
L'office de statistique
Institut national des statistiques
La banque centrale
Banco Nacional de Angola

Les places boursières
Bourse des valeurs mobilières de l'Angola
Les portails économiques
Portal de Angola

 

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Avril 2024

Tous nos services import-export sur la version web
Mentions légales